top of page

VIETNAM - HOI AN



INTRODUCTION


Après un périple d'une journée pour rejoindre la ville d'Hoi An à cause d'intempéries, me voici à Hoi An, ville que j'attendais le plus. Et pour cause, elle est souvent recensée comme la ville la plus charmante du Vietnam, classée au patrimoine mondial de l'UNESCO. C'est en grande partie grâce à ses milliers de lanternes qui habillent ses rues, ainsi qu'à ses plages avoisinantes. Il s'agit d'une ancienne colonie française (la ville était alors connue sous le nom de Faifo), située sur les routes maritimes du commerce de la soie (nous y reviendrons).


A Hoi An, il y a le choix : arpenter les rues illuminées par les milliers de lanterne la nuit et se promener dans son marché nocturne, faire une balade en barque et un lâcher de lanternes au coeur de la vieille ville, visiter l'un des nombreux monuments de la ville... Ou bien faire du shopping, et notamment se confectionner des vêtements sur-mesure dans l'une des centaines d'enseignes qui propose ce service ! Attention cependant : cela prend du temps. Il faut souvent revenir, plusieurs fois, essayer... Ce qui peut vite séquencer vos journées !


📆 Durée recommandée : 3 jours 🛖 Hôtel : La Charm Hotel & Spa (il y avait des réductions exceptionnelles en hors saison, 140€ pour 3 nuits)


JOUR 1 - MARCHÉ & ALENTOURS D'HOI AN


Il est 5 heures quand le réveil sonne ce matin, et le moins qu'on puisse dire, c'est que je ne suis pas matinale. Mais il ne me reste que trois jours ici, et je veux les maximiser. D’autant plus que je sais que les vietnamiens sont des lèves très-tôt, et que si je veux avoir la chance de m’immerger dans leur quotidien je n’ai pas le choix. Lorsque je descends pour quitter l’hôtel, le groom dort sur un canapé dans l’entrée, et se réveille brusquement pour m’ouvrir. Je me dirige vers le centre de la vieille ville. C’est très calme, et je m’attends à ce que la pluie (que dis-je, le déluge) de la veille ait inondé certaines rues. C’est donc non sans surprise que je découvre une ville totalement remise de la veille, et d’une beauté incroyable. J’ai envie de m’arrêter à chaque coin de rue, tant tout est photogénique. Mais après quelques clichés, je me souviens de ne pas perdre de vue mon objectif matinal : le marché !




Tout à coup, au loin, l’agitation est palpable. Le bruit, les odeurs, les centaines de scooters… Pas de doute, je suis au bon endroit ! Et ici, il n’y a pas un seul touriste. L’agitation est telle qu’il est très difficile de prendre des photos : ça bouge à toute vitesse, des scooters ne cessent de se mettre en travers de votre objectif, les acheteurs sont furtifs et certains vendeurs timides. Je n’ai pas l’impression de déranger, mais je n’hésite pas à déguerpir si je sens une once de gêne. Il faut dire que certains sont vraiment photogéniques ! Après près d’une heure de cliché, il est temps de filer : de toute manière, le marché de souvenirs s’installe progressivement à côté des fruits et légumes, les touristes arrivent et la plupart des habitants ont déjà filé.




Il est 7 heures, et la majorité des cafés est fermée. Le 📍Café Lia, lui, est ouvert, et il est enfin temps pour mon estomac d’accepter un Ca Phé Sua Da. Je m’installe à l’une des quelques tables de la terrasse. Le gérant m’accueille avec un immense sourire, un thé glacé (offert), et me fait la conversation. Le système de commande est surprenant : je valide la commande sur son téléphone ! J'ai beaucoup de chance (me dit-il) : la pluie est terminée pour les prochains jours.



Je repars donc, heureuse, arpenter les rues.



Je tombe sur un café qui fête son ouverture : le 📍Mê Hoi An. Impossible de résister ! Tout habillé de lanternes qui contribuent incontestablement au charme de l'endroit, on y découvre des toits (seulement deux étages, on ne prend pas non plus une hauteur folle) à 360°. Je m'étonne d'être totalement seule, les autres étant restés dans les espaces climatisés. Je profite donc de mon Matcha au lait de cajou dans la plus grande des tranquillités, un mot qui ne semble pourtant pas aller de paire avec Hoi An ! Il faut dire qu'ici, je dénote. Si ma tenue de baroudeuse (et son style... discutable) faisait très bien l'affaire jusqu'ici, à Hoi An je suis totalement décalée : tout le monde est habillé en tenue de ville, voire très bien (car ici c'est instagrammable à souhait !). Je me sens un peu plouc avec ma ceinture de running et mon cargo !




Après une sieste indispensable (rapport au réveil à 5 heures du matin...), j’emprunte le vélo de l’hôtel direction le 📍pont de Cãu Cãm Kim. Il n’est qu’à quelques minutes de mon hôtel et me permet d’arpenter l’île d’en face. Premier point, qui a son importance : le pont fait flipper. Ce sont des espèces de planches métalliques, qu’on dirait assemblées à l'arrache, et lorsque que vous passez dessus en vélo/scooter, elles se soulèvent un peu. J’avoue que ça met peu en confiance ! Mais arrivée sur l’île, le pont est oublié. À quelques coups de pédale de la ville très agitée d’Hoi An, on découvre une campagne paisible, de grandes rizières (ou plutôt de grandes étendues d’eau car j’imagine que le riz a déjà été récolté). Je tombe sur plusieurs pêcheurs, que je m’empresse de photographier, ainsi que des buffles, dont un avec son bébé que je m’amuse à observer pendant plusieurs minutes. A cette période, il n’y a quasiment personne dans les champs puisqu'il n'y a plus de riz. Je pousse ensuite le trajet jusqu’au bout de l’île, à 📍Duy Vinh. C’est la sortie de l’école, et je pense que je n’ai jamais autant dit « Hello » et « Audrey » en si peu de temps. Les enfants sont très curieux dès qu’ils m’aperçoivent au loin, et les adultes me saluent aussi très chaleureusement. C'est ce que je préfère lorsque je sors des sentiers battus.




Le soir, retour dans l’agitation. Je décide d’aller arpenter les rues du Night Market après avoir dégusté des Gnocchis dans le très beau restaurant 📍Lim Dining Room.




Lorsque j’arrive depuis l’hôtel, j’aperçois des dizaines de petits papiers lanternes, qui ont été déposées sur la rivière plus loin, échouées au bord de l’eau. C’est ici que viennent terminer la course des bougies déposées par les amoureux, les familles et autres voyageurs. Demain, elles auront été ramassées, et cela de se répéter inlassablement tous les soirs. Les rues illuminées de la ville sont encore plus charmantes que de jour : il faut aussi dire que, depuis toujours, je suis particulièrement sensible au charme des petites loupiotes. Alors, ici, c’est un petit peu mon paradis !


Sur le marché de nuit, plusieurs stands de vente de lanternes pliables se succèdent. Certains font même payer la photo aux touristes qui souhaitent s’immortaliser devant …Moi, je fais mon petit tour d’observation ; mais ici, comme partout ailleurs, il est très difficile de flâner, car à peine jetez-vous un regard sur un objet que le vendeur ne vous lâche plus... Et c'est pire en soirée ! Il est 23 heures et il est grand temps de rentrer.





JOUR 2 - FLÂNER DANS LA VILLE & PLAGE


Aujourd’hui, j’ai décidé de prendre mon temps. C’est mon avant dernier jour à Hoi An, et c’est aussi l’avant dernier de mon périple tout court. Alors, je veux flâner. D’abord, je décide de retourner dans la petite boutique céramique que j'avais repérée la veille : une maison sur deux étages dans laquelle s'entasse des centaines de pièces en céramiques en tout genre. Des petites tasses et bols m’avaient vraiment fait de l’œil, et je sais que c’est un souvenir que je serai très contente d’avoir ramené. Je repars donc avec mes deux petits bols et 2 petites tasses, en très jolie céramique, pour un prix dérisoire de 11 euros (50 VDN / objet).





Puis, je repasse devant la boutique de lin LiMe Store (107 Trần Cao Vân, Phường Minh An, Hội An, Quảng Nam) que j’avais vue la veille… Et si j’ai réussi à résister hier, aujourd’hui je décide de craquer. Quelques essayages, dimensions et dessins plus tard, me voilà repartie avec une commande passée : un top couleur lavande, une combinaison beige et une robe (inspirée d’une robe existante mais repensée pour moi) couleur jaune/vert m’attendront demain. Je suis toute excitée : et finalement, quand je réalise que pour ces 3 vêtements 100% sur mesure cela ne m’en coûtera que 70 euros… Je suis conquise !


Je décide ensuite de faire une halte dans un café 📍 The Reaching Out Tea House. Ici, le silence est roi, car l’endroit est tenu par des personnes avec un handicap auditif. On communique donc avec des petits mots à montrer, on écrit sur des petits papiers lorsqu’on a une question… Bref, un véritable havre de paix qui fait du bien dans l’agitation de la ville !




Me reste une dernière mission : trouver la lanterne que je souhaite ramener. Direction la boutique d'📍Ong Canh (65 rue Tran Phu – Hoi An). La propriétaire est assise par terre, en train de peindre à la main une lanterne. Je cherche le modèle que je souhaite, mais il n’existe pas : ou du moins, elle a bien le tissu, mais pas dans la forme et taille que je souhaite. Ce qui n’est, semble-il pas un problème puisqu’elle me propose de me la fabriquer pour le soir même, pour la modique somme de 170 VDN (le grand modèle, prix non négociable). Il est déjà presque 12h, et elle me propose de repasser à 18h. Je suis ravie !

 

Je patiente au📍Vvegan Restaurant, dans lequel je fais la rencontre de Pam, une Brésilienne venue également pour le déjeuner. Elle, elle ne voyage pas seule, mais son copain et elle se sont séparés pour le déjeuner. Lorsque l’on entre dans le restaurant, on précise que nous ne sommes pas ensemble, et que nous ne souhaitons pas être mises à la même table… Tout ça pour finir par papoter non-stop pendant 2H30 sous le regard un peu surpris des serveuses ! Pam est une vraie bouffée d’air frais dans la journée, car c’est la première fois que je peux partager des moments que je vis ici avec quelqu’un qui les vit aussi !

 

Puis, je remonte à vélo. Cet après-midi, c'est programme plage ! Après quelques 20 minutes en vélo de mon hôtel, me voici au📍Sound of Silence Bar. Sa devanture ne laisse pas présager qu’en s’enfonçant dans le jardin du bar, on se retrouve en fait sur une belle plage de sable fin blanc, avec une vue très charmante. L’occasion parfaite de tester un Coconut Café… Que je n’ai pas du tout aimé 🙃






Sur le retour, je fais une halte à 📍Tra Que, un village écologique de légumes en périphérie de Hoi An. Je n'ai pas de photos, pour la simple et bonne raison qu'à cette période de l'année... Il n'y a rien à voir ☺️ Mais le chemin en vélo, lui, est sympa.






Je termine mon périple à vélo (les gambettes fatiguent !) et rentre me reposer avant de tester mon ultime restaurant du séjour : le 📍May, où je déguste une très bonne salade de papaye verte aux crevettes sautées et une spécialité bien locale, le Cao Lau ; des nouilles jaunes baignées dans un fond de porc et de salade. Dommage qu'il eu fallu attendre le dernier jour pour que mon estomac coopère enfin !










2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page